Un nouvel espoir suite à l’alternance au Département des BdR, à la Région PACA ainsi qu’au Parc Naturel Régional de Camargue

Salin de Giraud, le 13 mai 2016

Courrier à Mme Martine VASSAL
Présidente du Conseil Départemental des Bouches du Rhône

Madame la Présidente,
Depuis votre élection à la tête du département, vous avez certainement constaté que le franchissement du Rhône entre Salin de Giraud et Port Saint Louis fait partie des « dossiers avariés » à forts enjeux financiers dont vous avez hérité :
– Besoins de financement pharaoniques du Syndicat Mixte des Traversées du Delta du Rhône, dilapidés chaque année à pure perte dans les déficits de fonctionnement.
– 22 millions d’euros d’investissements improductifs et non maîtrisés pour la construction en 2010 d’un nouveau bac (B5) et de 2 nouvelles cales d’accostage alors que la majorité des habitants du village avait fermement exprimé à l’époque au maire d’Arles / Président du SMTDR son opposition à ce projet (Cf courrier du 13 août 2009).

09-015 Pr-sident PNRC en r-action projet construction 2 nouvelles cales Barcarin – v1.3

09-031 guerini vauzelle en reaction rallonge budgetaire b5 – 2 cales accostages barcarin – v1.6
– Pannes récurrentes et maintenances effectuées en dehors du simple bon sens qui viennent plomber davantage les charges de fonctionnement (on sait la rigueur extraordinaire de la gestion budgétaire du SMTDR…) paralysant à répétition la continuité territoriale, l’activité socio-économique, le ramassage scolaire, le tourisme, les urgences, la vie quotidienne…
La saison touristique et les grèves intermittentes font enfler les files d’attentes : il faut régulièrement plus d’une demi-heure pour franchir les 400 mètres entre les deux rives du fleuve. Les incivilités et échauffourées sont courantes à l’embarquement. Les barrières des voies d’accès prioritaires aux riverains sont saccagées en permanence. Les habitants de Salin de Giraud sont de plus en plus souvent mis en obligation d’effectuer un détour jusqu’au premier pont à Arles (80 Km aller-retour) !
L’exaspération et le stress des riverains, qui doivent impérativement et quotidiennement traverser le fleuve pour raisons professionnelles et personnelles, atteint un niveau critique. Et tout cela pour un service public inefficace, frustrant pour les usagers même en fonctionnement normal, complètement anachronique, et hors de prix en ces temps de restrictions budgétaires des collectivités territoriales.
Le système des bacs est clairement à l’agonie… et tous les citoyens qui veulent bien analyser la situation objectivement s’en rendent compte !
Depuis sa création en 1999, le SMTDR est un gouffre sans fond qui a englouti plus d’une centaine de millions d’euros et en réclame toujours plus, prenant en otage la population quand on lui demande de rationaliser son fonctionnement ! Que deviendront les charges de carburant des bacs quand le cours du pétrole repartira bientôt à la hausse ?
Les bacs de Barcarin constituent un des très rares contre-exemple d’un moyen de transport en commun bien pire que la somme des moyens individuels qui lui seraient substitués pour franchir le Rhône par un pont, aussi bien au niveau environnemental que budgétaire, ainsi que sur la qualité de service public, la continuité territoriale et la sécurité civile, car les bacs ont interdiction de naviguer en période de crue.
Avec une consommation de l’ordre de un million de litres de gasoil par an, les bacs de Barcarin sont, et de très loin, les plus grands consommateurs-pollueurs de tout le territoire du Parc Naturel Régional de Camargue avec des milliers de tonnes de CO2 et de particules fines émises chaque année dans l’atmosphère, et de pollution aux hydrocarbures larguée par les bacs dans l’eau du Rhône.
Ce constat est particulièrement frappant à l’aune des engagements pris par la France dans le cadre de la COP21 sur la modération énergétique aux hydrocarbures. Quel symbole d’aveuglement donné par nos élus qui tirent en simultané le signal d’alarme sur le fait que la Camargue est certainement le premier territoire métropolitain menacé par la montée des eaux…
Trop longtemps abandonnée à l’anarchie par le maire d’Arles, la normalisation de l’accès à la plage de Piémanson – merci Monsieur le Préfet ! – a fait tomber une des principales objections des opposants à la construction d’un pont qui prétendaient (à tort) que la plage serait encore plus envahie par les touristes.
Les habitants de Salin de Giraud et de Port Saint Louis du Rhône s’apprêtent à fêter tristement le 12eme_anniversaire de la délibération n°22 adoptée à l’unanimité de l’assemblée départementale réunie le 25_juin 2004 validant le principe de la construction d’un pont en lieu et place des bacs de Barcarin, revendication centenaire des habitants maintes fois différée par les élus locaux et l’État.
Depuis 2004, que de temps et d’argent public perdus ! Les habitants de Salin de Giraud et de Port Saint Louis du Rhône demandent sans cesse où en est le dossier du pont ?
8 ponts desservent déjà la Camargue entre Arles, Saint Gilles et les Saintes Maries de la Mer – et tout le monde trouve cela parfaitement normal ! – y compris les plus fervents défenseurs de l’environnement…
La récente arrivée de M. Rolland Chassain à la présidence du Parc Naturel Régional de Camargue, maire des Saintes Maries de la Mer et ancien député des BdR, personne éminemment compétente et respectable, et qui connait parfaitement ce dossier, ouvre enfin l’opportunité de lancer au PNRC une consultation des associations Camarguaises sur la problématique du franchissement du Rhône entre Salin de Giraud et Port Saint Louis du Rhône, afin d’en démystifier les enjeux à la population et d’ouvrir la voie à une relance de ce projet par le Conseil Départemental.
2009-010 Président PNRC en réaction avant projet de charte – v1.3
Pour toutes ces raisons, Madame la Présidente, persuadé que la construction d’un pont en lieu et place des bacs de Barcarin servirait grandement les intérêts budgétaires du Conseil Départemental des Bouches du Rhône, et vous permettrait en outre de faire valoir auprès de l’État des résultats emblématiques pour votre territoire dans la mise en oeuvre de la Loi sur la transition énergétique, je vous saurai infiniment gré de bien vouloir m’accorder un peu de votre temps pour pouvoir échanger plus précisément et de vive voix avec vous et vos proches collaborateurs lors d’un rendez-vous que vous voudrez bien me fixer à votre convenance.
Dans l’attente d’un retour de votre part que j’espère positif, je vous prie de recevoir, Madame la Présidente, mes très respectueuses salutations.
Georges HERRERA
Copies :
– Mme Monique Agier, Directrice Générale des Services, Conseil Départemental des Bouches du Rhône
– M. Rolland Chassain, Maire des Saintes Maries de la Mer, Président du Parc Naturel Régional de Camargue
– M. Henri Pons, Maire d’Eyguières, Conseiller Départemental délégué aux transports
– M. Martial Alvarez, Maire de Port Saint Louis du Rhône

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *