11e anniversaire de la délibération du 25 juin 2004 validant le principe de la construction d’un pont en lieu et place des bacs de Barcarin

Salin de Giraud, le 4 juin 2015

Courrier à Mme Martine VASSAL

Présidente du Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône

Madame la Présidente,
Les habitants de Salin de Giraud et de Port St Louis du Rhône s’apprêtent à fêter tristement le 11e anniversaire de la délibération n°22 adoptée à l’unanimité de l’assemblée départementale réunie le 25 juin 2004 validant le principe de la construction d’un pont en lieu et place des bacs de Barcarin, revendication centenaire des habitants maintes fois différée par les élus et l’État.
Délibération CG13 rapport22 25-06-2004 PONT entre Salin de Giraud et Port St Louis
Depuis 2004, que de temps perdu et de colère contenue par les habitants à attendre le passage du prochain bac dans les files d’attente ; que d’argent public dilapidé chaque année à pure perte dans les déficits de fonctionnement du Syndicat Mixte des Traversées du Delta du Rhône ; que de dizaines de millions d’euros d’investissements improductifs et non maîtrisés pour la construction d’un nouveau bac (B5) et de deux nouvelles cales d’accostage ; que de milliers de tonnes de CO2 émises dans l’atmosphère et de pollution aux hydrocarbures larguée par les bacs dans l’eau du Rhône …
Avec une consommation proche de un million de litres de gasoil par an, les bacs de Barcarin sont, et de très loin, les plus grands consommateurs-pollueurs de tout le territoire du Parc Naturel Régional de Camargue ! Ce constat est particulièrement frappant à quelques mois de l’organisation par la France de la grande conférence des Nations Unies sur les changements climatiques à Paris (COP21). Quel symbole d’aveuglement donné par nos élus qui tirent en simultané le signal d’alarme sur le fait que la Camargue est le premier territoire métropolitain menacé par la montée des eaux…
Les bacs de Barcarin constituent un des très rare contre exemple d’un moyen de transport en commun bien pire que la somme des moyens individuels qui lui seraient substitués pour franchir le Rhône par un pont, aussi bien au niveau environnemental que budgétaire, ainsi que sur la qualité de service public, la continuité territoriale, et la sécurité civile (car les bacs ont interdiction de naviguer en période de crue).
Par dépit et lassitude, l’association de défense des intérêts des habitants que je présidais et qui avait réellement tenté d’attirer l’attention de l’État et des collectivités territoriales sur l’absurdité économique, sociale et environnementale du projet B5, s’est mise en sommeil ces dernières années.
Cependant, en tant que principal financeur du SMTDR, le Conseil Départemental a forcément eu connaissance des récents évènements concernant le service des bacs de Barcarin : grèves surprises
à répétition paralysant le service public, pannes récurrentes des bacs, maintenances des navires effectuées en dehors du simple bon sens.
La traversée est assurée depuis avril 2015 avec un seul bac – le B4 – âgé de plus de 40 ans et plus petit que le B5. Le bac B5 étant lui-même en panne probablement pour de longs mois encore, sa remise en service va très certainement faire valser les factures (on sait la rigueur extraordinaire des prévisions budgétaires du SMTDR).
Les nouvelles cales d’accostage donnent des signes de faiblesse visibles à l’œil nu par tout un chacun, ce qui n’augure là encore rien de bon pour les futures charges de réparations.
L’arrivée de la saison touristique fait enfler les files d’attentes – parfois plus d’une heure d’attente devant les feux rouges : les incivilités et échauffourées sont devenues courantes à l’embarquement entre les riverains et les touristes. Les barrières des voies d’accès prioritaires aux riverains sont saccagées en permanence.
L’exaspération et le stress des riverains qui doivent impérativement et quotidiennement traverser le Rhône pour raisons professionnelles et personnelles atteint désormais un niveau critique. Les habitants de Salin de Giraud sont de plus en plus souvent mis en obligation d’effectuer un détour jusqu’au premier pont à Arles (80 Km aller retour) pour franchir les 400 mètres du fleuve !
Depuis plusieurs mois, je suis fréquemment sollicité par les habitants (jusque devant ma porte) pour relancer une nouvelle fois le dossier du pont.
La récente alternance au Conseil Départemental, les nouveaux impératifs environnementaux (COP21) ainsi que restrictions budgétaires des collectivités territoriales, nous permettent d’espérer à nouveau en la relance du projet de construction d’un pont de desserte locale entre Salin de Giraud et Port Saint Louis du Rhône.
8 ponts desservent déjà la Camargue entre Arles, St Gilles et les Saintes Maries de la Mer, et tout le monde trouve cela parfaitement normal ! y compris les plus fervents défenseurs de l’environnement… Les habitants de Salin de Giraud et de Port Saint Louis du Rhône regrettent profondément le mutisme total du Parc Naturel Régional de Camargue sur ce dossier. De nombreux employés du PNRC avouent souvent (sous réserve d’anonymat) qu’ils partagent nos analyses sur le franchissement du Rhône à Barcarin, mais qu’ils ont interdiction de faire le moindre commentaire public sur ce sujet hautement tabou.
Pour toutes ces raisons, Madame la Présidente, et persuadé que la construction d’un pont en lieu et place des bacs de Barcarin servirait grandement les intérêts du Conseil Départemental des Bouches du Rhône, je vous saurai infiniment gré de bien vouloir m’accorder un peu de votre temps, pour pouvoir échanger plus précisément et de vive voix avec vous et vos proches collaborateurs lors d’un rendez-vous que vous voudrez bien me fixer à votre convenance.
Dans l’attente d’un retour de votre part que j’espère positif, je vous prie de recevoir, Madame la Présidente, mes très respectueuses salutations.
Georges HERRERA
Copie :
– Mme Monique Agier, Directrice Générale des Services, Conseil Départemental 13
– M. Michel Vauzelle, Président de Région Provence Alpes Côte d’Azur
– M. Rolland Chassain, Maire des Saintes Maries de la Mer
– M. Martial Alvarez, Maire de Port Saint Louis du Rhône
– M. Hervé Schiavetti, Maire d’Arles
– M. David Gryzb, Président du Parc Naturel Régional de Camargue
– Mme Aurore Raoux, M. Nicolas Koukas, conseillers départementaux du canton d’Arles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *